L’agriculture urbaine fleurit à Paris, partons à sa découverte !

Si cela peut paraître étonnant, il y a moins de 150 ans, Paris était entourée de fermes et d’une large ceinture agricole qui nourrissait toute la ville. Et deux siècles plus tôt, la ville accueillait vaches et cochons qui paissaient dans les pâturages parisiens, entourés de champs. Cela vous semble être du passé lointain ? Il se pourrait également qu’il s’agisse d’un futur proche…

Qu’est ce que l’agriculture urbaine ?

Dans un monde qui s’urbanise toujours plus, l’agriculture se transforme et évolue pour répondre à de nouveaux besoins. L’agriculture urbaine, késako ? Il s’agit tout simplement d’une agriculture qui s’adapte aux petites surfaces des villes pour permettre de cultiver des plantes et d’élever des animaux. La production passe au second plan, l’agriculture urbaine permet avant tout de satisfaire les besoins de la population citadine comme : le recyclage des déchets  organiques, le verdissement des lieux de vie ou la création de lien social. Il convient bien sûr de différencier l’agriculture urbaine dans les pays développés et dans les pays en voie de développement. Dans le premier cas, l’agriculture urbaine peut être un simple loisir, l’occasion de créer du lien social ou de développer une activité commerciale. Son enjeu est bien différent dans les pays en voie de développement. La Food and Agriculture Organization, organisation spécialisée du système des Nations Unies, qui lutte contre la faim dans le monde, préconise l’agriculture urbaine comme solution pour répondre aux besoins alimentaires dans les pays pauvres. Cette solution fournirait déjà aujourd’hui 25% de la population mondiale en nourriture.

L’agriculture urbaine, une agriculture aux multiples avantages

Ce type d’agriculture permet de jardiner de manière responsable, fait diminuer les émissions de dioxyde de carbone et réduit les coûts de production. Que demander de mieux ? Ce n’est pas tout, de nombreux citadins se disent amoureux de la nature et cherchent des solutions pour recréer des liens avec cette dernière, banco !  L’agriculture urbaine le permet tout à fait.  Les fermes urbaines sont, en plus, une belle solution pour créer des emplois de la vente à la production.  L’agriculture urbaine est pleine de bénéfices pour les villes ! Elle permet de produire différentes choses, animales et végétales. Si les fermiers urbains peuvent élever poules et lapins, on peut aussi cultiver légumes et fruits, herbes aromatiques ou encore des fleurs consommables.

L’agriculture urbaine reste cependant une agriculture complémentaire, il serait très difficile de rendre une ville auto-suffisante avec cette solution.

Une agriculture verte en plein cœur de Paris

Paris est un bel exemple de ville dans laquelle l’agriculture urbaine se développe. Cela peut sembler étonnant mais d’ici quelques années, on ne dénombrera pas moins de 30 hectares d’espaces agricoles urbains dans la capitale. La ville lutte ainsi à sa manière contre le dérèglement climatique, développe sa biodiversité et favorise les circuits courts. L’agriculture urbaine parisienne prend des aspects différents : Vignes, jardins partagés, potagers, ruches, poulaillers, vergers, fermes pédagogiques, … sont autant de moyens de faire venir la nature en ville. Plusieurs fermes dans Paris accueillent les parisiens sensibles à l’agriculture urbaine, à la verdure et à l’éco-citoyenneté. La ville développe des techniques innovantes comme la permaculture. Cette démarche éthique s’inspire du fonctionnement de la nature. Elle veut préserver les ressources naturelles en tenant compte de l’humain et du partage des ressources. L’objectif est de produire une nourriture saine sans utiliser de produits chimiques.  Paris a aussi su développer des solutions simples et très pratiques : des brebis pour tondre les pelouses, des chevaux qui deviennent des outils de travail (transport du bois, des déchets, …), des ruches qui produisent du miel ou encore des vergers installés dans les écoles pour apprendre aux enfants comment les fruits mûrissent.

On compte environ 250 points de vente en alimentation durable dans la capitale.

Différents acteurs participent à cette forme d’agriculture urbaine comme les habitants, diverses associations, les collectivités territoriales, les agents d’entretien, les restaurants, les agriculteurs, les architectes, les cantines, … Les systèmes de production sont, eux-aussi, très divers : cueillette sur place, trocs, marchés, magasins de producteurs, restaurants, …

L’agriculture urbaine parisienne, où l’expérimenter ?

Les parisiens peuvent se frotter aux espaces agricoles urbains en bien des endroits. Ceux qui ont toujours rêvé de découvrir la vie de la ferme peuvent se rendre dans à la Ferme de Paris. Située dans le Bois de Vincennes, elle accueille une centaine d’animaux et a vocation à sensibiliser le public à l’alimentation durable en milieu urbain. Les parisiens peuvent aussi retrouver la ferme de Paris tous les mois en divers endroits de la capitale grâce à la ferme mobile qui se déplace dans les espaces verts. Les fermes pédagogiques sont également des points de rencontres pour découvrir l’agriculture urbaine, on en dénombre trois à Paris, une dans le parc Kellermann (13e), une zone dans le jardin Suzanne Lenglen (15e) et une dans le square Binet (18e).  Si vous préférez les poulaillers,  les volatiles et les oeufs, vous pouvez vous rendre à la Ferme de Paris, au Jardin Sancerre (12e), au Centre d’animation Maurice Ravel (12e), sur le toit de l’hôtel Pullman (15e), à la Recyclerie (18e) ou encore au poulailler de l’Hôtel de Ville (4e).  Paris compte également une important population d’abeilles et accueille pas moins de 700 ruches éparpillées un peu partout dans la capitale. La ville a également implanté 132 vignes en Île-de-France dont une dizaine à Paris. Des jardins partagés fleurissent à bien des endroits, ces lieux de vie ouverts favorisent les rencontres entre générations. Les murs végétalisés verdissent les toits de la capitale et devraient recouvrir plus de 100 hectares de surfaces de toits et façades d’ici quelques années.

L’agriculture urbaine a toutes les chances de se faire une jolie place dans nos villes dans les années à venir. Quand on sait que la population mondiale atteindra 9 milliards d’habitants dans quelques décennies, cette solution semble une belle opportunité à saisir pour toutes ces bouches à nourrir.

Béatrix Benoist d’Anthenay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.