Les forêts urbaines à Paris

La ville Lumière souhaite se mettre davantage au vert. Anne Hidalgo espère transformer le visage de la capitale en créant des forêts urbaines en plein cœur de Paris. Découvrons à quoi Paris pourrait ressembler.

L’Hôtel de Ville, ©Ville de Paris – Apur – Céline Orsingher
Le projet végétal initial

La forêt urbaine est un concept qui a vu le jour à la fin du vingtième siècle. Cette zone boisée pousse dans les aires urbaines et Paris en accueille un certain nombre. Anne Hidalgo aurait créé près de 30 hectares de nouveaux espaces verts en région parisienne et souhaiterait remplacer 12,5 hectares de bitume par des espaces verts. 170 000 arbres pourraient être plantés. La maire souhaite faire de son deuxième mandat celui de la végétalisation. Paris devient une ville de plus en verte, l’agriculture urbaine fleurit sur les toits, sur les façades, dans les rues et sur les places.

En juin 2019, Anne Hidalgo avait annoncé sa volonté de créer quatre projets de forêts urbaines à Paris : autour de la gare de Lyon, sur les Berges de Seine, devant l’Opéra Garnier et sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

Dans le 12ème arrondissement, sur le côté Nord de la Gare de Lyon, la Mairie a amorcé un processus de végétalisation depuis 2016. La place Henry Frenay devrait verdir, l’importante dalle de bitume pourrait laisser place à une jolie forêt urbaine. Le parvis de l’Hôtel de Ville pourrait également faire l’objet de transformations : nombreux arbres devraient trouver leur place autour du parvis pour faire de cet espace un poumon vert en plein centre de la capitale. Évènements et cérémonies seront toujours les bienvenus à cet endroit. La place Henry Frenay et le parvis de l’Hôtel de Ville ne seront pas faciles à végétaliser, les structures existantes vont devoir être renforcées et de la terre devra être acheminée.

Les projets de végétalisation autour de l’Opéra Garnier et sur les Berges de Seine ont été abandonnés. Il était prévu qu’un espace vert se développe autour de l’Opéra mais cela ne se fera pas. Les Berges de Seine, qui ont subi quelques changements ces dernières années, n’accueilleront pas non plus de nouvelles zones végétalisées. La raison ? On la trouve dans les réseaux souterrains. Les sols manquent en effet de profondeur et les tunnels de métro et de RER sont présents en grand nombre, les experts ont donc décidé qu’une forêt ne pourrait pas prendre racine à ces deux endroits.

Place Henry Frenay, ©Ville de Paris – Apur – Céline Orsingher
Des nouveaux lieux verts envisagés

Si l’Opéra Garnier et les Berges de Seine ont été abandonnés par la municipalité, la Mairie souhaiterait verdir d’autres lieux comme la rue Curial (19ème arrondissement), la place de la Bourse (2ème arrondissement) et la place de Catalogne (14ème arrondissement). Si les projets aboutissent, la végétalisation de ces lieux ne devrait pas se faire sans de lourdes contraintes techniques. Anne Hidalgo souhaite également végétaliser les portes d’entrée dans la capitale d’ici 2026. Certains ponts et rues pourraient se couvrir de verdure. La mairie estime qu’il reste environ 400 kilomètres de rues non plantées qui peuvent encore accueillir des arbres, des places de stationnement sont appelées à disparaître et le nombre de voies dédiées aux voitures pourrait diminuer (sur l’avenue d’Iéna par exemple ou le boulevard des Invalides). L’objectif fixé sur le long terme est ambitieux : atteindre 40% de territoire végétalisé d’ici 2040 !

Béatrix Benoist d’Anthenay


A propos Béatrix Benoist d'Anthenay

Rédactrice depuis 2019.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.