Empreinte : les soutiens-gorge sont-ils vraiment fait sur mesure?

L’idée de m’offrir un ou plusieurs dessous m’enchantent. Du sur-mesure, du personnalisable… C’est que promet Empreinte, un spécialiste de la lingerie 100 % made in France. J’attends de voir ça ! 

Le rendez-vous est pris une semaine avant. Ce sera un samedi matin à 11 heures.
Rue Saint-Florentin, près de la Concorde. Autant dire les quartiers chics… et ruineux pour les porte-monnaie dignes de ce nom. Le hic est que… j’arrive à 11 h 45, certaine de me faire “virer”. Je passe la porte de ladite boutique, pas très à l’aise. Personne à l’accueil. Le magasin a des allures de coffre-fort. Les murs sont peints d’une couleur gris souris. Avec quelques modèles en exposition. Au milieu de la pièce, un grand cube de verre a des allures d’aquarium géant. Il abrite une machine à coudre et des meubles en bois avec des tiroirs. Devant, une longue table avec des poufs blancs de part et d’autre. Ambiance aseptisée, décoration froide. Une jeune femme tout de noir vêtue débouche de l’escalier qui vient du sous-sol. Sourire de circonstance… je dirais “commercial”.
Je présente des excuses pour mon retard.
« Je dois reprendre un autre rendez-vous ?
– Certainement pas ! »
Ce qui me fait penser que cette histoire de rendez-vous est une grosse hypocrisie.
Je suis invitée à regarder les modèles exposés. Je préfère pourtant passer directement à l’essayage. Je croise une cliente qui remonte, tout sourire.

Désillusions
Au sous-sol, deux cabines fermées par un rideau préservent l’intimité des clientes.
La vendeuse m’invite à entrer dans l’une d’elles. En face de moi, une grande glace. Moi, sans l’ombre d’un doute et sous toutes les coutures. Un petit siège, une lumière un peu trop crue à mon goût dans la mesure où elle souligne mes défauts dans le miroir. Mon hôtesse m’invite à enlever le haut pour prendre mes mesures : « Vous faites du 80 D ! »
Illusions, désillusions… et consternation. Depuis toutes ces années, j’étais certaine de faire du 90 C. Devant ma mine déconfite, elle enfonce le clou : « Oh ! Vous savez, vous n’êtes pas la première à faire cette tête-là ! » Pour vérifier (ou reconfirmer) la taille, elle me propose d’essayer un soutien-gorge… Sadique !

Atmosphère d’urgence
Elle revient avec un portant sur lequel pendent différents modèles.
Je la regarde, l’air mi-consterné, mi benêt : « Et le sur-mesure alors ?
– Mais c’est ce qu’on a fait toute à l’heure ! J’ai pris vos mesures et là je vous présente des modèles qui correspondent à votre taille.
– Ah ! Bon ? »
Et me voilà à passer les différents modèles en revue et à les sélectionner… sous l’œil attentif de la vendeuse. Pas le temps de toucher les matières, de jauger… d’apprécier !
Il y a comme une atmosphère d’urgence, avec un sourire qui sous-entend qu’elle n’a pas que ça à faire. Je m’excuserais presque.
« Il y a des clientes qui prennent au moins deux heures pour choisir juste un modèle. Avec elles, le temps s’étire à n’en plus finir ! »
J’essaye plusieurs modèles, j’en élimine d’autres. Deux restent en course. Un bleu – j’ai envie d’un peu de couleur – et un noir, pour son “aura” mystérieuse et coquine.
Je sens ma poitrine bien maintenue.
« Vous savez, c’est comme si vous n’aviez jamais porté de soutien-gorge jusqu’à maintenant. »
Moment de flottement.

L’avalanche d’arguments
Mon hôtesse me sort des arguments de vente imparables.
« Premièrement, la lingerie est fabriquée à Brest. Donc du 100 % made in France.
Deuxièmement, l’allongement des bretelles est de 30 % seulement, d’où un meilleur maintien ; chez les concurrents, les bretelles se relâchent rapidement, ce qui fait que la poitrine n’a pas une bonne tenue. Et nos produits peuvent durer des années.
Troisièmement, la forme “emboîtante” des armatures assure un bon maintien et affine la silhouette. Elles ont été spécialement fabriquées pour Empreinte. Et la matière du bonnet est rigide pour un maintien optimal toute la journée.
Quatrièmement, la contraction du tissu est assez importante ; donc le soutien-gorge ne remonte pas dans le dos. »

À la caisse !
« Oui… Et combien ça coûte ? »
Car, évidement, le prix n’est pas mentionné sur les étiquettes.
La vendeuse passe les codes-barres sous un scanner et le prix s’affiche sur un écran : 91 euros pour le haut noir et 66 euros pour le shorty qui va avec; 71 euros pour le haut bleu et 50 euros pour le bas.
Sourire et calcul rapide dans ma tête. J’ai un faible pour l’ensemble noir.
On remonte l’escalier.
Je m’installe sur un pouf devant la table pour payer. Il y a quelqu’un est dans l’aquarium géant, en train de coudre.
« Elle fait quoi, votre collègue ?
– Oh !, ça, c’est pour customiser les ensembles avec des petits accessoires, des nœuds par exemple. Ce sont les clientes qui choisissent. Ça vous tente ?
En ce qui me concerne, je préfère la simplicité.
Je repars avec mon achat et je quitte le “coffre-fort”. Et je respire un bon coup en retrouvant l’extérieur.

Le verdict
Je suis déçue. Le sur-mesure n’était pas au rendez-vous, pas plus que la relation personnalisée avec la cliente. C’est un peu expéditif à mon goût. Je ne repartirai pas avec une pièce unique ajustée à ma personnalité. En revanche, j’ai la satisfaction de connaître mes mesures exactes et, en plus, un joli ensemble qui mettra ma poitrine en valeur. Enfin… je l’espère ! Reste à savoir si cet ensemble tiendra le coup avec le temps… et les lavages… Surtout les bretelles. Affaire à suivre !

Marina Al Rubaee

Site web d’Empreinte : empreinte.eu

Un commentaire:

  1. Excellent article. J’avais pensé à y aller pour m’acheter des dessous un peu chic, tout en les personnalisant, mais au vue de ton expérience, cela m’a un peu refroidie. Cordialement

Laisser un commentaire