Fermeture du Val de Grâce

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a confirmé que l’hôpital du Val de Grâce allé être fermé.

Val de Grâce vue du ciel
Val de Grâce vue du ciel

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a confirmé que l’hôpital du Val de Grâce allé être fermé avec le transfert de ces activités médicales vers les 2 autres hôpitaux militaires d’Île-de-France, ceux de Begin dans le Val de Marne et Percy dans les Hauts de Seine.
Outre la qualité des soins, le Val de Grâce est en pointe dans les domaines de la radiothérapie et de la médecine nucléaire, dont la reconversion va s’appuyer sur l’Ecole du Val-de-Grâce en le transformant en « un pôle d’excellence » dans le domaine de recherche et de formation.

La raison principale invoqué par le ministère en vue de sa fermeture en tant qu’hôpital est que «Le Val-de-Grâce n’a pas été rénové depuis 1979. Sa rénovation coûterait 700 millions d’euros pour une utilité militaire pas forcément justifiée». Et que le sud de Paris a une forte offre hospitalière, l’hôpital Cochin est quasiment de l’autre côté du boulevard Port-Royal.
L’AP-HP n’avait aucune envie de racheté cet hôpital au vue ces coûts de mise aux normes estimer à environ 250 millions d’€uros et que l’AP-HP est en train de vendre à la Mairie de Paris le site de l’hôpital Saint-Vincent de Paul pour plusieurs dizaine de millions d’euros.

Les syndicats et la mairie du 5ème, Florence Berthout (UMP), se mobilisent contre ce projet.

Laisser un commentaire