Saint Vincent de Paul, un projet-clé pour le XIVe

L’hôpital Saint Vincent de Paul, dans le XIVe arrondissement, a fermé ses portes en 2012. L’avenir de ces trois hectares en plein Paris sera entre les mains du vainqueur des élections municipales de 2014. Logements sociaux, éco-quartier, centre d’art ? Passons en revue les programmes de trois des principaux prétendants à la mairie du 14e.

saint vincent de paul hopitalIl s’agissait du premier hôpital dédié à la pédiatrie et à la gynécologie-obsétrique. La réputation prestigieuse de Saint Vincent de Paul (14e) était cependant entachée de deux scandales, celui de la découverte de fœtus conservés dans des conditions anormales en 2005 et celui de la mort du petit Ilyès en 2008. Au cours des années 2000, l’établissement a vu ses services progressivement rattachés aux hôpitaux Necker (15e) et Cochin (14e), avant de fermer définitivement ses portes en 2011. Il laisse derrière lui un site de 3,4 hectares dans un arrondissement en mal de logements. Mais pas question de construire n’importe quoi au 82, rue Denfert-Rochereau : les riverains, échaudés par la reconversion du site de l’ancien hôpital de Broussais (14e), peu conforme à leurs attentes, entendent peser dans ce vaste projet de rénovation urbaine. Ils se sont constitués en association et ont notamment organisé une réunion publique en février, lors de laquelle trois candidates à la mairie du 14e ont tenu à présenter leurs projets. Bien conscientes de l’impact de leur prestation sur les résultats du 23 mars prochain.

Saint Vincent de Paul, un projet-clé pour le XIVe

NKM et sa Cité des Arts et des Sciences
Nathalie-Kosciusko-Morizet, tête de liste UMP, UDI et Modem dans le XIVe arrondissement, présente un projet particulièrement détaillé. S’appuyant sur l’identité artistique de Montparnasse et la présence d’un territoire « d’excellence scientifique » autour de l’hôpital Cochin l’Observatoire et Port-Royal, la députée (UMP) de l’Essonne prévoit la construction d’une Cité des Arts et des Sciences : « Trop souvent, les Arts et les Sciences sont mis en opposition l’un avec l’autre. La vocation de ce site sera de dresser des passerelles entre ces disciplines ». Côté arts, l’un des objectifs est d’ancrer la fondation Cartier (qui aurait menacé de mettre les voiles faute de pouvoir s’étendre) en mettant à sa disposition salles d’expositions et auditorium. Des ateliers d’artistes en résidence, ainsi qu’une antenne du Conservatoire du 14e complèteraient le tableau. Côté sciences, NKM veut attirer « les plus grands scientifiques et enseignants » grâce à l’installation d’une résidence-hôtel dans les bâtiments historiques de Saint Vincent de Paul, qu’elle entend préserver. La tête de liste UMP entend développer 500 nouveaux logements. Principalement destinés aux classes moyennes et à la propriété, cent-cinquante d’entre eux seraient néanmoins réservés aux logements sociaux et une centaine aux étudiants. La candidate souhaite par ailleurs créer une nouvelle voie de circulation entre le boulevard Denfert-Rochereau et la rue Boissonade, ainsi que des parkings souterrains. Enfin, elle affirme vouloir préserver certains bâtiments historiques comme la Chapelle de la Trinité, promise à la destruction par la municipalité actuelle.

Saint Vincent de Paul, un projet-clé pour le XIVe

Le PS main dans la main avec les habitants
Carine Petit (PS) entame sa présentation en reconnaissant les « dysfonctionnements » dans la communications avec les habitants dont se serait rendue coupable l’équipe municipale (PS) sur le chantier Broussais (14e). La tête de liste « Paris qui ose », soutenue par Anne Hidalgo, affirme sa volonté d’un projet en concertation avec les habitants, en garantissant notamment la désignation d’un aménageur unique « garant d’une concertation de qualité» : « Une maison de projet pourrait être ouverte dans laquelle une équipe d’urbanistes, d’architectes et de paysagistes travailleront avec les riverains. La participation des habitants, comme maîtres d’usage public, aux jury d’architecture, sera une de mes exigences » affirme Carine Petit. De ce fait, le projet de l’adjointe chargée de la politique de la ville reste pour l’heure volontairement flou. L’idée générale, c’est celle d’un « éco-quartier » faisant la part belle aux logements, répartis de manière « juste » entre logements sociaux, intermédiaires et privés. La tête de liste reconnaît cependant cette répartition se fera lors de la vente du terrain à la municipalité, c’est-à-dire avant concertation. Au grand dam des riverains, qui craignent que la contruction de logements sociaux n’excède le taux légaux de 20%. «On a construit 5 000 logements sociaux depuis 2001, un record par rapport à la moyenne parisienne, et il y a aujourd’hui 5 900 demandes, c’est presque un puits sans fond», explique la candidate. Comme sa concurrente UMP, Carine Petit affirme son désir de répondre aux besoins de la Fondation Cartier et envisage la construction d’établissements scolaires publics et d’équipement sportifs.

Saint Vincent de Paul, un projet-clé pour le XIVe

Un éco-quartier innovant pour EE-LV
Célia Blauel, tête de liste Europe Ecologie – Les Verts, porte le projet d’un « éco-quartier témoin, favorisant le vivre-ensemble et la mixité sociale ». Proposant la création de logements sociaux et privés « accessibles à tous », de crèches et d’un Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EPHAD), la candidate écologiste insiste également sur la création d’espaces verts propices à l’agriculture urbaine, et de rues piétonnes. Pas d’accès simple à la propriété ni de logements intermédiaires, mais un habitat « participatif » avec des espaces de vie partagés et une forme de vente avec des baux à très long terme pour lutter contre l’envolée des prix immobiliers. « La mise en commun de certains équipements participera à valoriser l’échange et le partage entre voisins » espère celle qui est conseillère de l’arrondissement depuis 2008. Comme sa rivale PS, elle tient à préserver certains ouvrages historiques, comme le Pavillon de l’Oratoire et sa Chapelle. Concernant le reste des bâtiments, « une étude patrimoniale et énergétique » sera lancée, en vue de décider de leur restauration ou de leur démolition. Quoi qu’il en soit, la candidate tient à rassurer les riverains : « Nous nous inscrirons dans un processus de démocratie participative, avec la création d’un atelier public d’urbanisme ». Selon elle, la position minoritaire d’EE-LV dans l’équipe municipale actuelle n’a pas permis d’infléchir le cours du projet Broussais, au cœur d’une « véritable divergence » avec les élus PS.

Des considération « purement locales »
Selon un sondage paru en février, la liste de la socialiste Carine Petit enregistrait 40 % des intentions de vote, contre 35 % pour celle de Nathalie-Kosciusko-Morizet, 7,5 % pour le Front de Gauche, 6,5 % pour les Verts et 6 % pour le FN. La majorité des sondés assurait alors vouloir voter en fonction de considérations « purement locales ». Le projet Saint Vincent de Paul pourrait bien faire bouger les lignes.

Absents lors de la réunion associative, certaines des autres listes en lice ont cependant fait part de leurs projets pour Saint Vincent de Paul : Nicolas Mansier, liste Ensemble pour le 14e (centriste sans étiquette) et Marie-Claire Carrere-Gee, liste 100% 14e (Divers droite). Sollicités, la liste FN et Front de Gauche n’ont pas tenus à s’exprimer sur le sujet. Plus d’infos sur www.saintvincentdepaul14.fr, www.parisxiv.com et les sites internet des candidats.

Article rédigé par Lucie de Ribier

Laisser un commentaire