Une Californienne à Paris

Tricia, mexico-américaine de vingt-six ans, suit ses études à Paris depuis trois ans. La jeune femme a accepté de nous confier ses adresses parisiennes favorites. A commencer par l’opéra Garnier, où elle nous a donné rendez-vous. Bienvenue dans la capitale d’une Californienne francophile.

Une Californienne à Paris

Qui es-tu, Tricia ?
Je m’appelle Patricia Rosas, j’ai vingt-six ans et je suis mexico-américaine. J’ai grandi à San Diego, au Sud de la Californie. J’étudie depuis trois ans la musicologie à la Sorbonne et je pratique le chant lyrique au Conservatoire. J’aimerais travailler dans l’industrie de la musique ou être chanteuse d’opéra. Je suis mezzo soprano.
Pourquoi Paris ?
Ma famille est francophile : nous parlons tous français et ma sœur habite à Paris depuis dix ans. J’ai visité la capitale française pour la première fois lors d’un échange scolaire à l’âge de quinze ans. Lorsque j’ai vu la Tour Eiffel, j’avais l’impression de rêver. Pour une américaine, Paris représente le romantisme, l’élégance… c’est un décor de film !

Tu as donc décidé de venir y étudier ?
A dix-huit ans, je suis venue rendre visite à ma sœur, pour un séjour qui devait durer un mois… Je suis finalement restée un an ! J’ai obtenu le Diplôme Universitaire d’Etudes Françaises (DUEF), qui permet aux étrangers de suivre ensuite des études supérieures en France. Mais mes proches me manquaient trop. Je suis retournée étudier en Californie et je ne suis revenue à Paris qu’à l’âge de vingt-trois ans. J’aimerais vivre ici toute ma vie, y élever mes enfants et pourquoi pas devenir française.

Une Californienne à Paris

Qu’est-ce qui te plaît à Paris ?
Je suis amoureuse de cette ville. J’y consacre de nombreux billets sur mon blog, qui s’appelle d’ailleurs « Patricia Parisienne » (blog en anglais, ndlr). Les Français savent profiter de la vie. Ils prennent leur temps. Lorsque je suis arrivée, j’avalais mes repas en moins de cinq minutes ! J’ai mis un an à réapprendre à manger. Mes deux passions aujourd’hui, ce sont le fromage et le vin français ! Je suis toujours à la recherche des meilleurs endroits dans lesquels prendre un verre et une planche de fromage.

Quels sont tes quartiers favoris ?
Pour mes études, je passe beaucoup de temps dans le quartier de l’Opéra. La bibliothèque-musée de l’Opéra est géniale pour travailler et lorsque ma famille me rend visite, je l’emmène au café de la Paix. Et le Starbucks de la rue Opéra est magnifique ! J’adore aussi me promener dans le Marais. Avec ses petites ruelles et ses immeubles anciens, il est facile d’imaginer le temps où c’était encore un quartier populaire. J’aime aussi énormément le 9ème arrondissement, dans lequel je rêve d’habiter. Mes rues préférées ? La rue des Martyrs (9ème), la rue Claire (7ème) et la rue Montorgeuil (2ème).

Quelles sont tes activités favorites dans la capitale ?
Aller voir des concerts, à l’opéra Garnier, à l’opéra Bastille, et dans la salle Pleyel qui a la meilleure acoustique. Comme j’habite dans le 12ème, je vais souvent courir au bois de Vincennes. Je vais aussi voir des expositions, notamment lorsqu’elles concernent la mode et la photographie. Plus jeune, je sortais beaucoup dans des clubs, notamment le Queens sur les Champs-Elysées. Mais surtout, j’aime me promener, flâner le long des quais et découvrir des cafés, des bars et des restaurants.

Une Californienne à Paris

Tes adresses préférées pour l’apéro ?
Le Fumoir (Louvre-Rivoli). Un endroit tellement parisien ! C’est chic sans être snob, la population est variée, la vue sur le Louvre est magnifique, les cocktails, le vin et le fromage y sont excellents. Et en plus, la terrasse est chauffée. Un conseil : le plus sympa, c’est le jeudi soir. Je suis aussi fan du Café Kosy (7ème), qui a ouvert il y a quelques mois à Ecole Militaire. Les bouteilles de vin y sont toutes à 18 euros, afin que le choix se porte sur le goût et non sur le prix. Je recommande également le Terra Corsa, où l’on sert de délicieux vins et fromages corses. Pour sortir avec des copines, le bar Les Etages (Marais) est très sympa.

Et pour prendre un café ?
Toujours le Café Cosy ! Le concept, c’est un salon pour ceux qui n’en ont pas. Il y a de gros canapés, une grande table et le wifi pour travailler. Ils y font du café de haute qualité, accessible à tous (l’expresso est à 1 euro) et servent à manger toute la journée. Il y a aussi le café de l’Institut Finlandais, qui est une antenne du coffee-shop Coutume (Sèvres-Babylone). C’est un lieu très lumineux, où l’on trouve toujours de la place et un wifi qui fonctionne… contrairement à son trop célèbre grand frère de la rue de Babylone !

Quels sont tes restaurants préférés ?
Je vais souvent à l’Ecurie (Cardinal-Lemoine) manger une bonne bavette sauce au poivre, accompagnée de pain de campagne avec de l’aïoli et d’un délicieux verre de sangria. L’ambiance est rustique mais les steaks sont excellents. Je suis fan des crêpes françaises, notamment celles du marché des Enfants Rouges (Arts et Métiers) et du Breizh Café (Marais). J’aime aussi beaucoup la planche mixte de chez Tartine (Saint-Paul). Quant aux sandwiches de chez Verjus (Pyramides), ils sont complètement fous ! Mon restaurant asiatique préféré, c’est le Petit Thaï (Saint-Paul), tellement romantique.

Une Californienne à Paris

Des restaurants de spécialités américaines à nous conseiller ?
Pour les brunchs, Breakfast in America (celui de Saint-Paul) et Eggs & Co (Saint-Germain-des-Prés). Je me sens comme à la maison chez Frog Burgers (Bastille) et au Stand (Montparnasse) un italien au style très new-yorkais. Les meilleurs cupcakes, on les trouve chez Sugar Daze (Pigalle), Cupcakes lovers in Paris (Ternes) et Berko (Rambuteau).

L’endroit dans lequel tu te sens vraiment parisienne ?
Lorsque je vais boire un chocolat chaud au véritable chocolat fondu chez Angelina ou au bar de l’hôtel Meurice (Tuileries). Je me sens comme dans un vrai conte de fée ! Même si ensuite je ne peux plus rien avaler de la journée…
Qu’est-ce qui te manque à Paris ?
De la vraie nourriture mexicaine ! Le Candelaria ( Filles du Calvaire) est sans doute le meilleur mexicain de Paris, mais les ingrédients ne sont pas tout-à-fait les mêmes : la crème fraîche légère et le fromage frais mexicain n’existent pas en France. Quant aux haricots noirs, je n’en ai trouvés qu’une seule fois, dans une épicerie de Belleville. Venant des grands espaces californiens, je manque aussi un peu d’espace. Et puis ce qui me manque par dessus tout… la plage !

Propos recueillis par Lucie de Ribier

2 commentaires:

  1. connaitre autant paris et la culture française,cela laisse perplexe.Je te conseille si tu as l’occasion ,un IRANCY,vin à moins de dix euros,et absolument sublime,encore peu connu des environs d’auxerre et fruité bien pour the voice!!!!By dom

Laisser un commentaire