Partons à la découverte des passages couverts parisiens !

Si vous aimez flâner dans les jolis quartiers de Paris, vous aurez peut-être remarqué que la célèbre et magnifique galerie Vivienne a été restaurée. A cette occasion, on a décidé de vous faire découvrir les passages couverts de la ville lumière, attention les mirettes !

Petit zoom sur l’histoire des passages

Les passages couverts ont vu le jour dans la capitale pendant la première moitié du XIXème siècle. La raison ? Très simple, ils permettent aux Parisiens les plus fortunés de se promener à leur aise sans craindre le mauvais temps ou l’agitation des foules. La capitale française est la première à construire ces galeries qui seront exportées en province et à l’étranger. Les travaux du baron Haussmann conduiront ensuite à la disparition d’un grand nombre de ces galeries. Il reste, aujourd’hui, une vingtaine de passages couverts accessibles au public.

La galerie Vivienne, restaurée à l’identique

Située dans le deuxième arrondissement entre la rue des Petits-Champs, la rue Vivienne et la rue de la Banque, la galerie Vivienne est un joyau parisien, inscrite aux monuments histoires. Inaugurée en 1825, elle a fait l’objet de cinq années de travaux et a désormais retrouvé son charme originel. Les arches en bois de la galeries sont flambant neuves, les verrières ont retrouvé leur transparence et la coupole a repris forme.  La galerie Vivienne est aujourd’hui la propriété de l’Institut de France et reste célèbre pour avoir accueilli la première boutique de Jean-Paul Gaultier. Il paraîtrait aussi que Colette était une habituée des lieux.

On vous invite à vous rendre galerie Vivienne pour flâner, chiner ou boire du thé, vous apprécierez !

Le passage du Caire, la plus longue galerie

Egalement situé dans le deuxième arrondissement, on ne compte pas moins de 370 mètres de galerie dans le passage du Caire. Ce qui en fait le plus long de Paris, … mais aussi le plus étroit. Ces galeries mesurent en moyenne 2,70m de largeur. Situé en plein cœur du sentier, le passage a perdu de son cachet d’antan et est souvent délaissé par les promeneurs. Il accueille grossistes du prêt-à-porter et boutiques de confections de tissus.

Le passage du Grand Cerf, le plus haut passage de Paris

Ancien relai postal, le passage du Grand Cerf a été ouvert en 1825 à la place de l’hôtel du Grand Cerf. On peut compter 12 mètres de hauteur sous verrière, de quoi placer trois étages successifs reliés par des jolies passerelles fines en fer forgé. Situé au 145, rue Saint-Denis dans le 2ème arrondissement, une promenade dans la galerie vous fera découvrir des échoppes d’artisans : bijoutiers, savonneries ou parfumeurs.

Le passage des Princes, le plus récent des passages couverts

Ce passage a été entièrement reconstruit en 1995 après sa destruction dans le cadre d’une opération immobilière. Les architectes l’ont reconstruit à l’identique. La jolie coupole des années 1930 en verre coloré et décorée de roses vaut le détour ! Familles et enfants apprécieront de se promener en ces lieux entièrement consacrés aux jouets.

Le passage Verdeau, typique du vieux Paris

Emprunter ce passage, c’est faire un vrai voyage en plein cœur du XIXème siècle ! De style néo-classique, le passage Verdeau accueille antiquaires et galeries d’art. Situé non loin de l’hôtel Drouot, on y accède par le 6, rue de la Grange –Batelière, dans le troisième arrondissement. Ce passage est apprécié pour sa grande clarté qui rend la galerie assez lumineuse.

Le passage Jouffroy, premier passage chauffé par le sol

C’est un des passages les plus fréquentés de Paris. Construit en 1836, il prolonge le passage des Panoramas. Il a accueilli plusieurs révolutions architecturales : c’est le premier passage à recevoir une charpente en métal et en verre ainsi qu’un chauffage par le sol. Il est aussi célèbre puisque c’est dans le passage Jouffroy qu’on trouve la sortie du Musée Grévin.  Il faut se rendre dans le 9ème arrondissement, au 10-12 boulevard Montmartre pour s’y promener.

Le passage Choiseul, le plus authentique

Construit en 1827, le passage Choiseul n’a presque pas bougé depuis. Situé dans le quartier de l’Opéra, ce passage est devenu célèbre dans les années 1970 par l’ouverture de la boutique Kenzo, boutique qui a fermée et déménagée place des Victoires. L’écrivain Louis-Ferdinand Céline a vécu dans la galerie, enfant, sa mère y tenait une boutique. Le passage Choiseul est accessible par le 40 rue des Petits Champs dans le deuxième arrondissement.

La galerie Véro-Dodat et ses boutiques élégantes

Créée en 1826, la galerie est située à deux pas du Musée du Louvre. Le charcutier Véro et le financier Dodat sont à l’origine de son ouverture. Classée monuments historiques, la galerie Véro-Dodat offre aux yeux des promeneurs son beau dallage en marbre aux losanges noirs et blancs. En levant le nez, on peut admirer la jolie verrière et les gravures au plafond. Cette galerie regorge de boutiques élégantes de chaussures, d’art, de déco, de meubles, … Pour vous y promener, rendez-vous 19 rue Jean-Jacques Rousseau dans le premier arrondissement.

Voilà de chouettes idées de promenades pour les dimanches pluvieux d’automne !

Béatrix Benoist d’Anthenay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.