Statues de la Liberté à Paris

Le 4 juillet est le jour de l’indépendance des États-Unis et un de ces symbole n’est qu’autre que la Statue de la Liberté.
Mais savez-vous qu’il existe plusieurs répliques dans le monde dont 5 rien qu’à Paris.
– 1/5 La plus grande est la plus visible se trouve sur l’Île aux Cygnes : trois petites années après la construction de celle se trouve à New-York, réalisé en 1886, le Comité des Américains de Paris offre une réplique mesurant 11,5 mètres de haut et fut inaugurée par le président Carnot le 4 juillet 1889. Sur sa tablette, on peut lire « IV JUILLET 1776 = XIV JUILLET 1789 », soit les dates des révolutions américaine et française. Mais, lors de sa construction, elle tourné le dos aux États-Unis, la statue regardait vers l’Est et chose qui ne plaisant pas à Auguste Bartholdi et il demanda expressément à ce qu’on la dirige plutôt vers New York, soit vers l’Ouest, ce qui fut fait en 1937, lors de l’exposition universelle et 33 ans après la mort du sculpteur.
– 2/5 et 3/5 : une petite copie en bronze de 2,85 mètres fut fabriquée et installée dans le Palais puis Jardin du Luxembourg en 1906 mais elle fut déplacée en 2012 vers le musée d’Orsay et une copie fut mise à sa place.
– 4/5 et 5/5 : une maquette en plâtre de 11,5 mètres, pesant 14 tonnes et achevé en 1878 fut construite par le sculpteur Auguste Bartholdi, ce modèle en plâtre servit à la réalisation de celle de New-York. Le plâtre en question fut légué par sa veuve en 1907, avec le fond de l’atelier de Bartholdi. Ce plâtre original se trouve au Musée des Arts et Métiers à Paris. Sur le parvis du musée se trouve un bronze exécuté, en 2010, à partir de ce plâtre (même taille), la statut du parvis est numéroté numéro 1 sur un tirage original de 12 exemplaires, réalisé par le musée et fondu par Susse Fondeur Paris.
– Une réplique de la flamme de la statue, offerte par les Etats-Unis à Paris en 1989, se trouve Place de l’Alma.

Pour sa construction, un accord fut convenu entre la France et les États-Unis, la France se chargé de la conception, de la construction et de son assemblage sur l’île de Liberty Island et les États-Unis se chargeraient des la construction du socle.
Une campagne de promotion fut organisée pour financer la construction de l’édifice dont le montant s’élevait à environ 1 million de francs de l’époque.
L’armature est construite à Levallois-Perret dans les ateliers Eiffel, d’autres éléments dans le 17e arrondissement de Paris. Devenue le plus haut monument de Paris, Bartholdi fit payer une somme modique aux Parisiens pour la visiter. Quelques difficultés techniques furent rencontrées pendant la fabrication de la statue, comme la rupture du plâtre d’une des mains en 1876, ou la mort de Viollet-le-Duc en 1879, qui fut remplacé par Eiffel qui convainc Auguste Bartholdi de changer de technique, en adoptant la technique du mur-rideau avec un pylône métallique massif au centre de la statue. La tête de la statue fut exposée l’Exposition universelle de 1878, dans le parc du Champ-de-Mars à Paris.

Laisser un commentaire