Les stations fantômes du métro parisien

A Paris, plusieurs stations ont été fermées au public ou tout simplement jamais accessible aux voyageurs. Elles sont considérées comme des stations fantômes.

Lors de la 2nde Guerre Mondiale, une partie du personnel de la CMP fut mobilisé, entrainant une diminution des moyens humains de la société. Sur les 250 stations ouvertes à l’époque, seul 85 restent ouvertes.

A la fin de la guerre, la quasi-totalité de ces stations furent réouvertes sauf certaines.

On peut citer trois types de stations fermées :

  • Celles qui furent déplacées
    • Porte Maillot : déplacée à la faveur du prolongement de la ligne vers Pont de Neuilly.
    • Victor Hugo : déplacée de quelques mètres due à une courbure trop prononcée pour être utilisable sans danger avec les nouvelles rames de l’époque.
    • Les Halles : à la suite de la modernisation des Halles au-dessus et la création d’un nœud ferroviaire, la station fut transformée devenir celle qui existe aujourd’hui.
    • Porte de Versailles : déplacée en prévision du prolongement de la ligne vers Mairie d’Issy.
    • Martin Nadaud : à la suite du remodelage de la station Gambetta, éloignée de seulement 232 mètres, la station Martin Nadaud fut fermée en 1969.
  • Celles qui furent fermées
    • Porte des Lilas – Cinéma : Désaffectée depuis la fermeture au public de la « voie navette », cette voie pourrait relier les lignes 3bis et 7bis entre elles.
    • Arsenal : fermée au début de la 2nde Guerre Mondiale, finalement, la RATP ne la réouvrit jamais. Elle sert aujourd’hui à la formation d’une partie des agents de la RATP.
    • Gare du Nord USFRT : cette station est l’ancien terminus de la ligne 5 avant son prolongement. USFRT : unité spécialisée en formation et réglementation du transport.
    • Champ de Mars : comme la station Arsenal, elle est au début de la 2nde Guerre Mondiale, finalement, la RATP ne la réouvrit jamais. Car elle est fut considérée comme trop peu fréquentées.
    • Saint-Martin : fermée au début de la 2nde Guerre Mondiale, finalement, la RATP ne la réouvrit jamais, car trop proche de la station Strasbourg – Saint-Denis, seuls cent mètres les séparent.
    • Croix-Rouge : fermée au début de la 2nde Guerre Mondiale, finalement, la RATP ne la réouvrit jamais, car trop proche de la station Sèvres – Babylone.
    • Martin Nadaud : à la suite du remodelage de la station Gambetta, éloignée de seulement 232 mètres, la station Martin Nadaud fut fermée en 1969.
  • Celles qui ne furent jamais ouvertes
    • La Défense – Michelet : seul le gros œuvre fut réalisé
    • Élysées La Défense : seul le gros œuvre fut réalisé
    • Orly-Sud2 : seul le gros œuvre fut réalisé
    • Haxo : construite en 1910 mais sans accès à la surface. Elle devait permettre être une station de l’éventuelle fusion des lignes 3bis et 7bis, via la « voie navette ».
    • Porte Molitor : se situe entre les lignes 9 et 10, le quai unique fut construit mais sans accès faisant qu’aucun voyageur ne peut y accéder. Les voies servent au garage de trains.
    • Invalides : une partie du quai de la ligne 8, direction Balard, n’est plus utilisée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.