Napoléon III, l’empereur qui transforme Paris

Rappelons que Louis-Napoléon Bonaparte, Napoléon III, n’est autre que le neveu de Napoléon Ier. Né à Paris le 20 avril 1808, il voyagera dans de nombreux pays. Son séjour de deux ans à Londres, entre 1846 et 1848, sera notamment source d’inspiration pour ses projets pour la Ville Lumière. Londres avait, en effet, été détruite lors d’un violent incendie au XVIIème siècle pour devenir, deux siècles plus tard, un exemple d’urbanisme par rapport aux autres capitales européennes. Si Napoléon Bonaparte a imaginé de nombreux projets pour Paris, Napoléon III reste célèbre dans l’Histoire comme « l’Empereur bâtisseur ».

À quoi ressemble Paris sous Napoléon III ?

La population parisienne a doublé entre 1801 et 1850, les habitants sont souvent entassés dans des logements très petits, les conditions de vie sont précaires. Depuis le Moyen-Âge, Paris s’est développée de manière plutôt anarchique et devient insalubre. Les rues sont étroites, rendant la circulation difficile. L’eau courante est loin d’être généralisée et les problèmes d’hygiène sont monnaie courante. Napoléon III est très attaché aux conditions de vie des classes populaires.

L’empereur souhaite donc moderniser la capitale, bien qu’il connaisse assez peu la France, ayant essentiellement vécu en exil aux États-Unis et un peu à Londres. C’est peut-être cet œil neuf qui lui offre un regard visionnaire dans ses projets de modernisation.

Les souhaits de Napoléon III pour la capitale française

Le premier président de la République française, Napoléon III, a de grands rêves pour Paris depuis son séjour à Londres, ville référence pour l’hygiène et l’urbanisme moderne. Ce dernier souhaite faire de Paris une ville aussi prestigieuse que la capitale anglaise. Pour mener à bien ses projets, il nomme Georges Eugène Haussmann préfet de la Seine. Sa campagne sera intitulée « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie ». Ensemble, ils souhaitent travailler sur trois axes :

Aérer la ville

Pour améliorer la qualité de vie des habitants et offrir un air plus sain aux Parisiens, Haussmann aménage de nombreux parcs et jardins. Un mobilier urbain est installé un peu partout dans la capitale. Il est encore aujourd’hui présent sur nos trottoirs et dans les jardins publics parisiens. Chacun des 80 quartiers de Paris est doté d’un square. Les parcs Montsouris et celui des Buttes-Chaumont sont créés à cette occasion. Les bois de Vincennes et de Boulogne deviennent des lieux de promenade. Des arbres sont placés le long des rues pour verdir le paysage urbain. Haussmann crée un réseau d’égouts (600 kilomètres d’artères) qui manquait cruellement jusque-là ainsi qu’un système d’approvisionnement en eau.

Embellir Paris

Les bâtiments historiques qui font le cachet de la ville comme l’Hôtel de ville ou Notre-Dame, sont jugés trop peu visibles, étouffés au milieu d’autres immeubles. Ces monuments parisiens doivent être dégagés, valorisés et restaurés pour retrouver de la prestance. Haussmann projette de créer de nouvelles avenues pour offrir de nouvelles perspectives à Paris et créer une certaine unité. Le baron est obsédé par les lignes droites, boulevards et avenues sont percés de la place du Trône (aujourd’hui place de la Nation) à la place de l’Étoile ainsi que de la gare de l’Est à l’Observatoire. Haussmann aménage également les Champs-Élysées. Bien sûr, ces réalisations ne se font pas en un jour, 18 années seront nécessaires à leur construction. Le visage actuel de Paris doit beaucoup au baron Haussmann qui met l’accent sur l’homogénéité esthétique de l’architecture des immeubles, les propriétaires sont contraints de respecter de nombreuses normes. On estime qu’Haussmann aurait modifié l’aspect général de 60 % de Paris !

Unifier la capitale

La ville de Paris est étendue, le baron Haussmann supprime en effet 11 communes qui intègrent désormais la capitale. Auteuil, Passy, les Batignolles, Bercy, La Chapelle, Montmartre, Charonne, La Villette, Vaugirard, Grenelle et Belleville viennent agrandir Paris. Les nouvelles voies souhaitées par Napoléon III et Haussmann facilitent les déplacements entre quartiers. L’accent est également mis sur les liaisons ferroviaires : la gare de Lyon et la gare de l’Est sont créées.

L’Opéra Garnier, un emblème du Second Empire

Cet opéra est peut-être l’un des plus prestigieux au monde. Le projet de construction naît d’un attentat ! Ce drame aura finalement donné naissance à l’un des plus admirables monuments parisiens. Napoléon III a en effet failli perdre la vie lors d’un attentat rue Pelletier, là où se trouvait l’ancien Opéra. Il décide alors de faire construire un nouvel édifice avec des accès plus sécurisés. Après un an, le projet de Garnier, un jeune architecte, est retenu. En 1893, l’Opéra Garnier est achevé et éblouit le regard des spectateurs. Si sa taille impressionne, les dorures, les ornements et les couleurs ravissent les yeux des curieux ! Aujourd’hui, cet opéra est classé monument historique, s’il a inspiré la construction de nombreux théâtres à travers le monde, il n’a jamais été égalé. L’avenue de l’Opéra sera construite et pensée pour offrir un cadre grandiose à ce monument qu’on souhaite mettre en valeur.

Les boulevards haussmanniens et bâtiments tracés par l’Empereur contribuent largement à la célébrité de la ville et à son charme. C’est à Napoléon III que l’on doit ce cachet que nombre de touristes apprécient tant. Le visage actuel de Paris doit beaucoup à Louis-Napoléon Bonaparte qui a su moderniser et offrir de nouvelles perspectives à la ville !

Béatrix Benoist d’Anthenay


A propos Béatrix Benoist d'Anthenay

Rédactrice depuis 2019.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.