Dans le secret des Invalides

Les Invalides, c’est un lieu qui se visite, où se tient régulièrement des expositions éphémères. Il est également possible d’assister à des visites guidées en petits groupe. J’ai testé l’une d’entre elles.

Dôme des Invalides.

Les Invalides, j’y passe comme tout monde à côté sans m’y attarder. Un joli monument historique de Paris, repérable au loin avec son dôme doré et rutilant. Il m’est jamais venu à l’idée jusqu’à présent de le visiter… jusqu’à ce samedi matin du mois de mai. J’ai de la chance, le soleil est de la partie. J’ai commandé mon billet sur Internet pour une visite guidée en choisissant le parcours “Invalides secrets”. Le “must” puisque je vais découvrir des lieux habituellement fermés au public. Petit conseil avant de commencer : oubliez l’accueil de la rue de Grenelle. Passez par celui qui se trouve de l’autre côté des Invalides, Place Vauban. D’une part, vous gagnerez du temps et d’autre part, c’est par là que commence la visite guidée. Donc, ce jour-là, nous sommes une vingtaine de personnes à y assister. Le conférencier est plein de délicatesse. Son timbre de voix est posé et doux. Il sait capter l’attention en glissant anecdotes, faits insolites et légendes qui titillent votre curiosité. Car c’est bien au cœur de l’Histoire de France qu’il nous propose de nous emmener.

Sarcophage de Napoléon Ier

Le tombeau de Napoléon
La visite débute par une présentation de l’histoire et de l’architecture des Invalides. Tout commence avec Louis XIV qui construit ce site pour accueillir les soldats blessés, rendus handicapés lors de diverses batailles (d’où l’endroit tire son nom) ainsi que d’anciens soldats. Le conférencier rafraîchit nos mémoires en évoquant les campagnes militaires qui se succèdent de 1643 à la guerre franco-allemande de 1870, en passant par la Révolution, le Premier Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet. La visite se poursuit en pénétrant dans la majestueuse Eglise du Dôme, panthéon militaire qui abrite, sous sa magnifique coupole dorée, les tombeaux de Turenne, Vauban, Foch, Lyautey et bien sûr celui de Napoléon 1er qui règne “royalement” au milieu de tous les autres (il y gît dans son uniforme vert de l’Armée impériale).

La nièce de Marie-Antoinette
Le conférencier laisserait entendre que le Grand Empereur aurait été empoissonné à l’Arsenic. « Mais ceci reste bien sûr qu’une hypothèse. C’est ce que disent les rumeurs », glisse-t-il. Il sait ménager le suspens, laissant notre imagination vagabonder en remontant le fil du temps. Ironie du sort, nous apprenons, en passant, que le petit révolutionnaire corse devenu Empereur avait répudié Joséphine de Beauharnais – ne pouvant pas lui donner de descendance- pour épouser… la petite nièce de Marie-Antoine !

La cathédrale Saint-Louis-des-Invalides avec ces drapeaux.

Défilé de drapeaux
La visite se prolonge en entrant dans la cathédrale Saint-Louis qui jouxte l’Eglise du Dôme renommées, lors de la Révolution, “Le temple de Mars”. D’impressionnants drapeaux, ravivés à l’ennemi lors de batailles, sont hissés de part et d’autre de la voute de l’Eglise dont l’un l’a été lors d’une des plus célèbres batailles, celle d’Austerlitz.
Cette tradition remonte à plusieurs siècles. Dans l’esprit de la Chevalerie, c’était une façon élégante de rendre hommage au Dieu des armées. Sous le règne de Louis XIII, Louis XIV et Louis XV, ces drapeaux étaient accrochés aux voûtes de la cathédrale Notre-Dame. En 1793, après la fermeture des églises au culte, ces trophées se sont retrouvés aux Invalides. Tradition que Napoléon maintiendra en l’état sous le Consulat avant de l’amender sous l’Empire. Sous son règne, les Invalides recevront ainsi près de 1500 drapeaux.

Intérieur du Caveau des Gouverneurs

Hors du temps
La visite se poursuit en accédant au “Caveau des Gouverneurs” dans une ambiance d’outre-tombe, lieu des sépultures des anciens gouverneurs des Invalides et de hautes personnalités militaires. Du beau monde en somme ! Parmi les personnages les plus célèbres, se trouve Philippe-Antoine, comte Ornano, maréchal de France et également gouverneur des Invalides qui aurait inspiré à Balzac l’un de ses personnages de roman : le Colonel Chabert.

Louis XIV
Louis XIV

Nous terminons ensuite notre “escapade” en accédant au Grand salon où se tient régulièrement des concerts jusqu’à passer par les appartements privés du Gouverneur. Il s’est passé près de deux heures de visite pendant lesquelles toute notion du temps, pour moi, s’est envolée. Le conférencier a été précis, captivant. Quand je quitte le groupe, avec regret, je mets un peu de temps pour me replonger dans le Paris contemporain. Dans ma tête, se bousculent encore les anecdotes d’un autre temps…

Marina Al Rubaee
Pour en savoir plus : http://www.musee-armee.fr
Deux visites guidées prévues chaque samedi pour “Invalides Secrets” (10h et 15h)
Durée de la visite : 105 minutes
Prix : 9,90 euros pour les enfants et 14,5 euros pour les adultes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.